Gauthier Borsarello et son showroom

0023_22

C’est en emménageant à Londres il y a quelques années que je suis tombé pour la première fois sur une approche toute particulière du vintage, que je n’avais pas rencontré encore à l’époque à Paris. Présents sur les marchés (les boutiques s’évertuant à vendre de la fripe de piètre qualité au kilo …), ces stands pilotés par de véritables experts de la sape proposaient des sélections hyper référencées, pleines de belles pièces, souvent issues du monde militaire ou workwear. Il fallait pour cela se rendre à Portobello market tôt le vendredi matin ou à Spitalfields market le jeudi, à l’instar de nombreux designers londoniens. J’ai dégotté de très belles pièces à cette époque, sympathisé avec Doug du Vintage Showroom qui nous avait alors ouvert les portes de sa caverne d’Ali Baba, pour ensuite suivre l’ouverture de leur boutique à Covent Garden puis la sortie de leurs fantastiques livres.

Impossible alors de se rendre compte de l’ampleur du business côté showroom : en effet, en plus de vendre du vintage aux particuliers, The Vintage Showroom proposait à la location ou à la vente, souvent pour des prix importants, des pièces d’exception, parfois de véritables pièces de musée, permettant aux designers de s’inspirer de petits détails, de tissus, de coupe ou de couleurs.

J’ai pu vérifier l’importance du Vintage Showroom quelques années plus tard en travaillant chez Burberry, où de très belles pièces provenant de leur showroom, souvent même du Burberrys vintage, trainaient dans les archives et les studios.

Etonnement, ce genre de service n’existait pas sur Paris alors que de très nombreuses marques internationales y sont basées. C’est ici que notre ami Gauthier intervient : fort d’une expérience de chineur aguerri, et d’expériences chez Cifonnelli, Edward Green puis RRL, il a lancé l’an dernier son showroom, où il propose à la location et à la vente des pièces de sa collection. Les designers des marques qu’on suit avec attention sont déjà clients et Gauthier est entre temps devenu Style Director de la marque Holiday, lancée par Atelier Franck Durand (dont nous avions parlé ici). On sait déjà que sa culture du beau vêtement permettra à cette marque de se faire une place de choix dans nos colonnes.

Contactez-le pour une visite.

0027_26

Lire la suite

Laperruque – Crowdfunding

Pour la première fois sur ce blog, nous voilà.

Voilà quelques mois maintenant que nous avons lancé Laperruque, une marque de maroquinerie où tout est réalisé à la main par Robin, deux des quatre mains officiant derrière ce blog.
Notre objectif est de réaliser de la maroquinerie artisanale, intemporelle et qualitative, avec des prix justes. Nous ne travaillons qu’avec les plus beaux cuirs du monde (Barenia, Baranil, Veau Végétal Naturel), et réalisons nous-même les produits dans la plus pure tradition artisanale française.
Laperruque est un peu la synthèse de toutes les valeurs que nous défendons ici depuis des années maintenant : de la transparence, une extrême qualité, des savoir-faire traditionnels, de la simplicité – voire du minimalisme, une image qu’on espère contemporaine, un produit qui va se patiner et bien vieillir, et tout cela avec un business model novateur et bien en phase avec son époque.
Nous souhaitons tout d’abord remercier nos lecteurs, qui ont assurément un goût sûr et un style irréprochable, et qui sont devenus nos premiers clients ! Nous avons été vraiment surpris par l’accueil qu’à eu Laperruque, qui a directement trouvé une modeste mais prometteuse clientèle. Cela nous pousse à aller plus loin, et surtout à continuer à ne faire aucune concession !
Afin de financer le développement de notre prochaine collection et l’achat d’outils et de machines pour compléter notre atelier, nous organisons ce mois-ci une campagne de financement participatif.
Le principe est simple : vous pouvez nous aider simplement en achetant un de nos produits, qui sont proposés exceptionnellement à cette occasion avec une petite réduction (de l’ordre de 20% à 30%). Win-win situation comme on dit outre-atlantique.
Nous ne prévoyons pas de faire de soldes, c’est donc une belle opportunité d’en profiter, et de mettre la main en avant première sur les quelques nouveautés proposées à l’occasion, mais surtout de faire un stock avant que nous ouvrions des boutiques à la pelle aux 4 coins du monde, que nous commencions à mettre de gros logos partout et que nous nous mettions à utiliser du cuir bookbindé à la provenance douteuse, « parce que oui ma petite dame, il faut bien vivre ».
Une opportunité aussi pour vous d’en découvrir un peu plus sur nous, nos inspirations et notre atelier, sur cette belle vidéo réalisée pour l’occasion.

On compte sur vous : https://fr.ulule.com/laperruque/

A bientôt,

0033_33

Lire la suite

Sage – Malmö

sage-malmo-2

Papier, bois, laiton, terre cuite… les matières priment dès le premier coup d’oeil

Arrivé il y a un peu plus d’une année à Malmö en Suède, il m’aura fallu peu de temps pour vraiment aimer la ville natale de Zlatan Ibrahimovic.  Boutiques de seconde main,  cafés aux espresso sirupeux, artistes, designers et jeunes artisans y foisonnent. N’oublions pas la superbe scène techno indépendante qui fait danser les svartklubb dans les zones industrielles désaffectées.
Rencontrés alors que je cherchais à établir le contact avec les locaux avides de belles étoffes, Johann et Johana m’ont tout de suite parlé de l’ouverture de Sage. Concurrence, veille permanente, courses aux promos : ouvrir une boutique indépendante à l’heure digitale relève du tour de force.
Pourtant, une fois poussée la porte, on comprend immédiatement la force des détaillants : l’atmosphère chaleureuse de la boutique est aux antipodes des intérieurs froids  et sans aspérités du luxe ou de la fast fashion, on s’y sent bien et on y reste. On y croise des poteries bien choisies de Jim Green sur des étagères et tables réalisées sur mesure par Martin Israelsson. La sélection axée workwear ( Vetra, Fleurs de Bagne … ) n’oubliera pas les amateurs de beau casual (Astorflex, Andersen Andersen, John Sterner …). Full disclosure : ce sont aussi mes premiers clients en petite série (tada!) et vous y trouverez un sac à leur nom, réalisé par mes soins (ici).

www.leshopsage.com

sage-malmo-3
Lire la suite

Bnhmm – Foulards d’Évasion

0004_3

En voilà un qui a fait la guerre, au sens propre

Ceux qui passent leurs dimanches dans de bonnes friperies ou sur d’obscurs site de collectionneurs de militaria seront sûrement familiers avec ces étranges foulards sur lesquels sont imprimés des cartes. Pour les autres, il s’agit en fait d’escape scarves (foulards d’évasion), des coupes de tissu sur lesquelles sont imprimées des cartes de diverses régions du globe. Ces foulards avaient en fait pour objectif de permettre aux soldats britanniques ayant été fait prisonniers de s’orienter en cas d’évasion en territoire occupé.
Ils furent développés pendant la seconde guerre mondiale par le MI9, les services secrets britanniques, sur l’initiative de Christopher Clayton Hutton, sorte de Géo Trouvetou du gadget d’évadé.
Imprimées d’abord sur de la soie, puis sur de la rayonne (la soie synthétique dont on confectionnait aussi les chemises hawaïennes), ces cartes étaient du coup faciles à dissimuler, consultables discrètement et surtout résistantes à l’eau et à l’usure.
Christopher Clayton Hutton, bien avant l’invention du fameux personnage Q de James Bond, avait aussi fait développer, entre autres, des couvertures avec des patrons de vêtements imprimés avec de l’encre invisible, permettant aux évadés de se fabriquer des habits
civils pour passer incognito, mais aussi des bottes avec des talons creux pour y dissimuler des cartes, des boites à cigarettes à double fond et des petites boussoles qui se cachaient dans des boutons de veste. Ces gadgets devaient pouvoir se dissimuler sur une tenue militaire, ou au sein de cadeaux aux prisonniers distribués par la Croix Rouge. Le tunnel de La Grande Évasion n’est pas loin, Hussein Chalayan, son fameux défilé d’Automne-Hiver 2000 et ses robes dissimulées dans les meubles non plus.
Les amis de Bnhmm, passionnés de vêtement vintage, ont mis la main sur un stock complet de ces foulards en parfaits états, datant des années 50. Ils les ont reconditionnés, leur ajoutant une petite couture afin qu’ils ne s’effilochent pas, et les distribuent maintenant sur leur site internet et au sein de quelques points de ventes. Une aubaine maintenant que ces foulards deviennent de plus en plus difficiles à trouver.
On se presse il ne leur en reste presque plus (et Marseille est hélas déjà soldout) !

bnhmm.fr

0006_5

Lire la suite

Messengers Style

IMG_1025 2

Bippers et lunettes aérodynamiques

Alors que la mode a tour à tour pillé toutes les décennies du 20ème siècle pour les digérer, les re-mixer et les ré-interpréter, le curseur semble aujourd’hui s’être arrêté sur les années 90 : les pages de magazines voient se côtoyer sportswear italien à logo, sacs banane en bandoulière et minimalisme sobre à la Margiela.
Alors pour être sûr de conserver une longueur d’avance sur Anna Wintour et sa bande, attaquons-nous dès maintenant au début des années 2000 en scrutant ce bel ouvrage édité au tournant du siècle, époque bénie où il était de bon ton de porter les cheveux fluos et en pics, et où un piercing à l’arcade était considéré comme une ultime coquetterie.
Messengers Style propose une incursion photographique dans le monde des coursiers new-yorkais de l’époque, soit une éternité avant que cette sous-culture ne deviennent une tendance globale et que les pignons fixes n’envahissent les villes du monde entier.

Ce livre nous permet donc d’apprécier les looks de quelques coursiers de l’époque, mixant avec panache influences rock, streetwear, culture cycliste, technicité et utilitarisme.
C’est peut-être de ce genre de fabuleux mix-and-match dont devraient prendre comme inspiration les marques visant le marché du commuting (Levi’s Commuter ou Rapha par exemple) qui peinent à nous faire entrer dans leurs pièces qui n’ont ni l’efficacité technique des vêtements dédiés au cyclisme ni le style ou la démarche inspirante des marques que l’on apprécie.
Direction le site du photographe pour apprécier d’autres clichés.

Messengers Style
Photos par Philippe Bialobos
Intro par Valerie Steele
Assouline

IMG_1034 2 Lire la suite

Beige Habilleur

Beige-1

Le beige est le nouveau noir

Il y a quelques années, lorsque j’étais encore acheteur pour le Printemps, j’expliquais à qui avait la patience de m’écouter qu’il y avait un gros « gap » sur le marché de la mode homme à Paris. En effet, alors que les projecteurs du monde entier étaient braqués sur Pitti Uomo et que l’intérêt pour la mode authentique et historique s’écartait doucement du bucheron ou du preppy américain pour se focaliser sur le Made in Italy, des multimarques aux accents transalpins ont éclos ici et là dans les grandes villes internationales. Mais voilà, à part une timide approche de Slowear à Paris, où étaient les Trunk Clothiers ou les Gabucci locaux ? La fermeture d’un vieil Old England en bout de course a laissé un trou béant dans le marché (comblé pour la chaussure par Upper Shoes) et l’idée semblait toute trouvée : choisir un emplacement près de la Madeleine, à Paris, avec une force de vente tirée à quatre épingle à la Armoury, on pourrait y proposer des marques aux intonations chantantes telles que Lardini, Boglioli, Lubiam, Camoshita, Finamore ou Barba. Il ne restait plus qu’à communiquer via les réseaux sociaux et profiter de l’engouement international pour le #menswear et on pourrait bénéficier d’un mélange intéressant de clients classiques, habitués à venir s’habiller dans le quartier, et d’une clientèle plus jeune et connectée, en recherche de ces labels introuvables à Paris
C’est donc à point nommé qu’est apparu Beige. Beige est un multimarque en ligne, et, bien qu’il n’ait pas encore de vitrine physique, il vient remplir ce manque. On y trouve donc de belles marques de Pitti Uomo, ou que l’on suit depuis longtemps : Camoshita, Drake’s, Inis Meain, Jamieson’s, LBM, Valstar, Merola … On y fait aussi quelques belles découvertes comme Cohérence, une marque d’outerwear japonaise aux beaux volumes, ou la marque espagnole Justo Gimeno et ses vestes Teba, sorte de chaînon manquant entre une slack jacket, une forestière et une veste de peintre.

Restait à trouver une belle image, et souvent dans ce type d’univers produit, on est trop sage, trop propret, on s’emmerde. C’est un peu l’écueil dans lequel est tombé le pourtant excellent (et concurrent américain de Beige) No Man Walks Alone . Mais c’est avec brio que Beige s’en sort avec ce lookbook Automne-Hiver à l’image contemporaine juste ce qu’il faut. Avec pour décor les lignes architecturales rétro-futuristes de Beaugrenelle, le style est casual mais reste chic, surtout on reste bien éloigné des mises endimanchées trop clichées.
On se projette, cela fonctionne, et on a hâte de voir le prochain.

www.beige-habilleur.com Beige-2 Lire la suite

Gants Omega

F1030006

On est là pour les liasses

Après celui sur E.G. Cappelli, voici le second article dédié à la fabrication napolitaine. Naples a longtemps été le centre de l’industrie du gant en Italie, et Omega est une entreprise familiale quasi-centenaire officiant dans ce secteur, en plein centre de Naples.

Niché à Naples dans le quartier de la Sanita, coeur battant de la capitale des Deux-Siciles, quartier populaire aussi vivant que déglingué, l’atelier d’Omega n’a pas pignon sur rue. Il n’y a pas non plus d’indication, c’est sur les conseils d’un voisin qu’on se rend au quatrième étage d’un bâtiment vétuste et que l’on frappe à la porte de l’appartement. Le curieux y est accueilli par Mauro, le patron, qui parle bien et beaucoup français. Véritable destination touristique (l’adresse de l’atelier figure même sur certains guides), on est immédiatement pris en main et guidé par Mauro et sa passionnante logorrhée artisanale.

L’atelier ressemble plutôt à un vieil appartement délabré, et a des allures de Disneyland de l’artisanat : des machines à coudre mécaniques, une cuisine à la tapisserie très 70’s, des sièges rafistolés créant une sorte de boro napolitain, des ouvrières en blouses colorées attelées à coudre des gants, la clope à l’équilibre précaire au bout des lèvres, et sur les murs les photos de vacances du staff accompagnant l’obligatoire poster de Naples, avec en fond le Vésuve siégeant en double mont Fuji local.

Je ne rentrerai pas dans les détails techniques de fabrication, le sujet ayant été déjà couvert sur le web français (sur Bonne Gueule et Milanese Special Selection). J’ajouterais juste que les liasses de peau découpée, passent littéralement par la fenêtre, via un système de poulie, en direction des appartements des ouvrières. Elles sont équipées chez elles pour réaliser la couture des gants, et réalisent une partie des finitions directement à la main.

Omega fait ou a fait des gants pour quasiment tout le monde, de grandes marques de luxe comme Dior ou Saint Laurent, en passant par des grands magasins français et japonais, jusqu’à des marques plus grand public aux prix plus accessibles. Mauro propose même certains de ses produits directement sur place au prix de gros. On repart donc avec une paire de gants en pécari doublés en cachemire pour l’hiver prochain.
Grazie. Arrivederci. Direction Da Michele pour une pizza.

Omega SRL
12 via Stella
80137 Napoli
www.omegasrl.com

Une sélection de gants Omega est aussi vendue sur Zampa di Gallina.

F1030008

Lire la suite

laperruque

laperruque-couvre-cahier-baranil

Petit indice, un protège-cahier en cuir incroyable se cache dans cette image.

Amoureux du cuir, après avoir hésité pendant des mois à l’époque, j’ai fait le grand saut en 2014 et quitté mon job qui ne me passionnait pas. Je suis enfin entré à l’Atelier Grégoire à Paris pour devenir sellier maroquinier.
Accompagné par des artisans de haut vol pendant une année, j’ai eu l’occasion de découvrir un superbe savoir-faire et d’approcher un monde ou le temps semble suspendu. Par hasard, en classe, à la fin d’un exercice donné, je commence à m’amuser avec une chute de cuir et à faire de la perruque. Faire de la perruque c’est ça : en atelier quand tu as terminé ta production pour le patron, tu commences un objet pour toi. Au nez et à la barbe du contremaître. Travailler en perruque c’est faire de la résistance goguenarde, sortir un peu des rails. Et voilà : Laperruque, on le tenait enfin ce nom de marque. Ensuite c’est venu tout seul : il a fallu bosser sur la collection, déménager en Suède pour y suivre une belle autochtone, y installer un atelier sérieux, après avoir développé les produits dans la cuisine, s’assurer que le business-model allait tenir le coup et enfin mettre sur pied un site web, avec des photos qui en jettent.
L’esthétique est simple, les modèles sont classiques et laissent la part belle à de superbes matières, choisies chez les meilleurs fournisseurs européens.
Tout est fabriqué à la main à Malmö en Suède et arrive en quelques jours dans votre boîte aux lettres. Les cuirs français proviennent de chez  Haas et Degermann, fournisseurs habituels de marques prestigieuses, et de l’outsider suédois Tärnsjö, qui vient de commencer à travailler avec Visvim. Cela donne des pièces au toucher généreux, bien à elles, que l’on ne rencontre pas habituellement dans le commerce.
On obtient alors une jolie marque, sans faire intervenir d’intermédiaires de la fabrication à la distribution, ce qui permet d’afficher des prix abordables pour un produit durable et bien fabriqué. Vous pourrez bien sûr retrouver tout ça sur Instagram, Facebook et si vous voulez vraiment suivre l’évolution du projet et la vie de l’atelier, on a aussi une newsletter.Entre deux finitions, je me ferais évidement un plaisir de répondre à vos questions 😉 robin@laperruque.co 

laperruque.co

laperruque-porte-cartes-baranil-ebony

Lire la suite

Carmina – Visite d’Atelier

09260016

Comme le Port Salut

On connait Majorque pour ses plages, ses cyclistes et ses cités balnéaires abordables.
Ce que l’on sait moins c’est que cette île, qui abrita le tout premier Club Med, est aussi le centre d’une industrie de la chaussure florissante : siège historique de Camper, elle est aussi la patrie des marques plus habillées Carmina et Meermin.
Originellement sur place pour gravir des cols à coups de pédale et pour se reposer à coups de plages paradisiaques, le blogueur dilettante qui sommeillait en moi s’est soudain éveillé lorsqu’est venu le souvenir de Carmina, et a troqué cuissards et maillots de bain pour se taper une bonne vieille visite d’atelier.
On est en août, il fait 35°C dehors, peut-être 45°C dans l’atelier, on peaufine donc des Carmina en tongs et en marcel. L’occasion de se rappeler de cette visite de l’atelier Weston il y a quelques années, et de voir combien les ateliers sont structurés différemment. L’occasion aussi d’apprécier la finesse des formes maison, l’impressionnant choix de cuir cordovan travaillé sur place, et d’en prendre plein les yeux sur le niveau des finitions.
Une visite qui s’achèvera par un détour en boutique, pour l’essayage de magnifiques bottines et doubles boucles en cordovan, avant de péniblement remettre ses trop confortables espadrilles pour reprendre la direction de la plage.

91200008

Lire la suite

Atelier & Repairs

atelier-and-repairs-2

Un peu comme si Frankenstein avait fait la St Martins.

Maurizio Donadi est un amoureux du textile. Après avoir dirigé RRL, réussi à réinjecter une bonne dose de cool dans les veines du géant Levi’s, relancé Brooks et Filson, l’italien revient sur le devant de la scène du vêtement de qualité avec Atelier & Repairs.
« Buy Less , Repair More », le motto est clair et affiche l’ambition : construire une marque sans se concentrer sur la production d’une collection mais sur un service de réparation.
Chouette idée, Atelier & Repairs propose de réparer et de customiser vos vêtements ainsi qu’une petite production de belles pièces rapiécées, disponibles à la vente. 
L’opération n’est pas sans rappeler les fondations de feu Banana Republic, qui retapait à ses débuts des vieux stocks de vêtements militaires.
Basée à Londres l’équipe de créatifs, couturiers et couturières se fera donc une joie de broder, couper, coudre et ré-assembler vos vêtements essoufflés préférés. Elle réarrange également des pièces vintage ou défectueuses ne pouvant pas être vendues dans un circuit de distribution classique par leurs fabricants, en en faisant des pièces uniques pleines de caractère.
La ligne se fraient d’ailleurs  un chemin chez des détaillants haut de gamme à travers le monde : Claes Göran à Stockholm, Harvey Nichols à Londres, jouent le jeu et accueillent la marque dans leurs univers neat et contrôlés. Ce qui est marrant (et bien joué) c’est qu’une partie de la clientèle sera la même que celle des précédents projets de Maurizio. Après avoir acheté une repro d’un Levi’s des années 50 il y a 4 ans, quoi de mieux que de le rafraîchir un peu pour lui donner 5 ans d’espérance de vie en plus ?
Lire la suite