Laperruque – Crowdfunding

Pour la première fois sur ce blog, nous voilà.

Voilà quelques mois maintenant que nous avons lancé Laperruque, une marque de maroquinerie où tout est réalisé à la main par Robin, deux des quatre mains officiant derrière ce blog.
Notre objectif est de réaliser de la maroquinerie artisanale, intemporelle et qualitative, avec des prix justes. Nous ne travaillons qu’avec les plus beaux cuirs du monde (Barenia, Baranil, Veau Végétal Naturel), et réalisons nous-même les produits dans la plus pure tradition artisanale française.
Laperruque est un peu la synthèse de toutes les valeurs que nous défendons ici depuis des années maintenant : de la transparence, une extrême qualité, des savoir-faire traditionnels, de la simplicité – voire du minimalisme, une image qu’on espère contemporaine, un produit qui va se patiner et bien vieillir, et tout cela avec un business model novateur et bien en phase avec son époque.
Nous souhaitons tout d’abord remercier nos lecteurs, qui ont assurément un goût sûr et un style irréprochable, et qui sont devenus nos premiers clients ! Nous avons été vraiment surpris par l’accueil qu’à eu Laperruque, qui a directement trouvé une modeste mais prometteuse clientèle. Cela nous pousse à aller plus loin, et surtout à continuer à ne faire aucune concession !
Afin de financer le développement de notre prochaine collection et l’achat d’outils et de machines pour compléter notre atelier, nous organisons ce mois-ci une campagne de financement participatif.
Le principe est simple : vous pouvez nous aider simplement en achetant un de nos produits, qui sont proposés exceptionnellement à cette occasion avec une petite réduction (de l’ordre de 20% à 30%). Win-win situation comme on dit outre-atlantique.
Nous ne prévoyons pas de faire de soldes, c’est donc une belle opportunité d’en profiter, et de mettre la main en avant première sur les quelques nouveautés proposées à l’occasion, mais surtout de faire un stock avant que nous ouvrions des boutiques à la pelle aux 4 coins du monde, que nous commencions à mettre de gros logos partout et que nous nous mettions à utiliser du cuir bookbindé à la provenance douteuse, « parce que oui ma petite dame, il faut bien vivre ».
Une opportunité aussi pour vous d’en découvrir un peu plus sur nous, nos inspirations et notre atelier, sur cette belle vidéo réalisée pour l’occasion.

On compte sur vous : https://fr.ulule.com/laperruque/

A bientôt,

0033_33

Lire la suite

laperruque

laperruque-couvre-cahier-baranil

Petit indice, un protège-cahier en cuir incroyable se cache dans cette image.

Amoureux du cuir, après avoir hésité pendant des mois à l’époque, j’ai fait le grand saut en 2014 et quitté mon job qui ne me passionnait pas. Je suis enfin entré à l’Atelier Grégoire à Paris pour devenir sellier maroquinier.
Accompagné par des artisans de haut vol pendant une année, j’ai eu l’occasion de découvrir un superbe savoir-faire et d’approcher un monde ou le temps semble suspendu. Par hasard, en classe, à la fin d’un exercice donné, je commence à m’amuser avec une chute de cuir et à faire de la perruque. Faire de la perruque c’est ça : en atelier quand tu as terminé ta production pour le patron, tu commences un objet pour toi. Au nez et à la barbe du contremaître. Travailler en perruque c’est faire de la résistance goguenarde, sortir un peu des rails. Et voilà : Laperruque, on le tenait enfin ce nom de marque. Ensuite c’est venu tout seul : il a fallu bosser sur la collection, déménager en Suède pour y suivre une belle autochtone, y installer un atelier sérieux, après avoir développé les produits dans la cuisine, s’assurer que le business-model allait tenir le coup et enfin mettre sur pied un site web, avec des photos qui en jettent.
L’esthétique est simple, les modèles sont classiques et laissent la part belle à de superbes matières, choisies chez les meilleurs fournisseurs européens.
Tout est fabriqué à la main à Malmö en Suède et arrive en quelques jours dans votre boîte aux lettres. Les cuirs français proviennent de chez  Haas et Degermann, fournisseurs habituels de marques prestigieuses, et de l’outsider suédois Tärnsjö, qui vient de commencer à travailler avec Visvim. Cela donne des pièces au toucher généreux, bien à elles, que l’on ne rencontre pas habituellement dans le commerce.
On obtient alors une jolie marque, sans faire intervenir d’intermédiaires de la fabrication à la distribution, ce qui permet d’afficher des prix abordables pour un produit durable et bien fabriqué. Vous pourrez bien sûr retrouver tout ça sur Instagram, Facebook et si vous voulez vraiment suivre l’évolution du projet et la vie de l’atelier, on a aussi une newsletter.Entre deux finitions, je me ferais évidement un plaisir de répondre à vos questions 😉 robin@laperruque.co 

laperruque.co

laperruque-porte-cartes-baranil-ebony

Lire la suite

Interview – Célia Granger

Célia Granger au travail pendant l’interview. Les collections doivent être prêtes en temps et en heure !

Cela va faire quelque temps maintenant que je suis tombé dans une sorte de véritable obsession pour la maroquinerie, l’univers de la sellerie-maroquinerie, le cuir, ses traitements et son travail. Une sorte de virus qui dort peu. Comme dans beaucoup de domaines quand on commence à s’y intéresser, on se rend vite compte de sa richesse incroyable et que les acteurs les plus connus ne sont pas forcément les plus intéressants, bien que moyens obligent, leurs travaux soient souvent exceptionnels. Un peu comme le berlinois talentueux et anonyme faisant de la musique électronique dans sa cave sera plus à même de faire vibrer les amateurs qu’un célèbre groupe en tournée mondiale qui passe à la radio, les mains indépendantes du secteur de la maroquinerie et certaines petites marques comme Célia Granger et laContrie peuvent parfois façonner le rêve mieux qu’un Vuitton ou qu’un Goyard. En constante recherche de talents dissimulés, il fallait que ça arrive un jour ou l’autre: j’ai croisé le monde de l’artisanat.

Je me suis vite aperçu que le vrai savoir faire ainsi que la vraie connaissance de la matière résidait parmi ceux que les magazines de mode ont trop souvent oubliés. D’un naturel assez chanceux, les Journées Européennes des Métiers d’Arts tombaient à pic et pour l’occasion de nombreux artisans ouvrent leurs ateliers au public: l’occasion rêvée pour profiter un peu du temps d’un maroquinier en étant sûr de ne pas le déranger dans son travail. C’est à cette occasion que je poussais la porte de l’atelier de Célia Granger, dans le 12ème arrondissement de Paris. Avant même de la rencontrer, les clichés liés au monde de l’artisanat commençaient à s’effacer: l’atelier baignant dans une lumière éclatante qu’elle partage avec Ludovic Avenel, jeune ébéniste talentueux, semble être au centre d’un intense dynamisme créatif, très loin de l’image de l’artisan bougon dans son univers lugubre. On s’en éloigne encore après avoir échangé pendant quelques minutes avec Célia, souriante, dynamique et ouverte d’esprit qui ne lâche pas son prototype pendant l’interview, la collection devant être livrée à temps pour les fashion week à venir.

Bonjour Célia, tu es artisan maroquinière et tu fais des sacs sur mesure dans ton atelier parisien. Tu peux nous expliquer comment tu en es arrivée là ?

Je ne suis pas arrivée au cuir très rapidement mais j’ai toujours aimé réaliser des objets auxquels je pensais ou que je dessinais, sur lesquels j’avais une petite idée de comment les réaliser. J’ai toujours adoré les objets qui vieillissent bien, qui se patinent et qui peuvent être transmis. C’est comme ça que j’ai hérité étant petite d’un cartable de mon grand-père en cuir rouge qui m’a beaucoup plu par la charge affective qu’il portait et c’est comme ça que j’ai découvert cette matière qui est l’une des rares à vieillir de manière aussi belle et qui devient intemporelle. Après avoir passé quelques années dans des bureaux derrière un ordinateur j’ai décidé de quitter tout ça et j’ai fait une formation en sellerie maroquinerie.

Tu sais d’où vient cette passion ? Tu as grandi au contact de gens manuels ?

Ça vient effectivement de quelques souvenirs et du goût pour les beaux objets. Il y a aussi d’autres matières que je trouve magnifiques, en général des matières naturelles, tout ce qui est laine, coton, lin, bois… des choses texturées avec lesquelles j’ai été mise en contact chez moi car on avait toujours de belles choses chez mes parents qui étaient un peu bricoleurs. Le cuir je l’ai choisi en dernier, c’était un peu une peur, cette matière m’impressionnait énormément car une fois qu’on l’a percée ou coupée on ne peut pas recommencer. Et puis c’est surtout une matière qui a un prix: ça ne se trouve pas comme ça et on ne peut pas se louper. Une fois que j’ai décidé de passer dans un métier manuel et créatif, je me suis rendu compte que si une matière m’intéressait particulièrement c’était le cuir.


En attendant d’intégrer la collection d’une maison de mode, un prototype sommeille.


Pourquoi sur mesure ?

C’est pour pouvoir toucher à toute la variété des cuirs qui est immense et qui permet de faire des choses très variées… c’est aussi moi pour ne pas m’ennuyer et pour pouvoir faire plaisir aux gens en leur disant que l’on peut tout faire quand il viennent me voir.

Même si évidement d’autres critères comme le budget viennent restreindre le champ.

La matière te parle donc particulièrement… tu as un processus particulier pour choisir une peau ?

Il y a plein d’étapes dans la décision, chaque cuir a ses propriétés de souplesse, de rigidité, d’épaisseur, de finesse, de brillant, de mat, de robustesse, de délicatesse… et selon le projet que l’on veut réaliser, chaque cuir est plus ou moins indiqué ou contre indiqué. Je dirais qu’il faut d’abord savoir ce que l’on veut faire. Après il y a plusieurs approches possibles: soit on a une belle peau sous la main et on veut faire quelques pièces dedans soit au contraire on a une idée précise en tête et là on sait que l’on va se diriger vers le cuir qui s’y prête.

Tu fais du sur mesure mais est-ce que tu te laisses guider par la mode parfois ? Est ce que cela peut orienter tes conseils lors de la réalisation d’un sac ?

Cela doit bien influencer certains choix, comme les couleurs par exemple ?

Je me laisse très peu influencer par la mode. Consciemment je ne me préoccupe pas de savoir ce qui est au goût du jour. Évidement je suis influencée, quand je regarde ce qu’il y a dans la rue je vois bien les formes qui ont cour, que le crocodile mat plus que le crocodile brillant est d’actualité. Je suis également très fan de design donc quand je vais voir une exposition je suis forcément influencée et cela se ressent forcément dans mon travail. Je suis probablement complètement influencée par l’air du temps mais le fait d’être à la mode n’est absolument pas une préoccupation. Je dirais même que si je ne suis pas à la mode, tant mieux (rires).

Je tâche surtout de puiser aux fondamentaux, de toute façon ce qui a été démodé à un moment redeviendra à la mode à un moment ou à un autre. Je ne sais pas exactement où je me place dans le cycle ou dans la boucle mais je trouve qu’il y a une source d’inspiration phénoménale à travers la peinture, l’architecture et le design et quand on va se nourrir à ces sources là on a plutôt tendance à donner dans l’intemporel. Dans la mesure aussi où cela répond au désir de la personne, si on me demande quelque chose de bien précis je vais aller dans le sens du désir du client, je ne fais pas de l’intemporalité un dogme, même si c’est une préférence personnelle.


De bien belles peaux, attendant patiemment d’être travaillées.

 

Qu’est ce qui fait qu’un sac est un beau sac selon toi ?

La beauté de la matière est essentielle: quand on part d’une belle matière il faut vraiment être très maladroit pour la massacrer. Tout est ensuite une question de mise en oeuvre: on peut faire de très belles choses avec des matières synthétiques, un sac plastique bien cousu, bien fini peut être un beau sac. Le savoir faire doit également être irréprochable: montage, exécution, finition… c’est donc la combinaison de tous ces éléments. Après on a des tas de critères esthétiques qui peuvent rentrer en ligne de compte. Je sais que comme je préfère utiliser de très belles matières je crois que l’on n’ a pas besoin d’avoir des formes de sacs complexes, je trouve que la sobriété est ce qui met le plus en valeur les belles matières, c’est ce qui rend le plus justice au très beau cuir, mais c’est très subjectif. Pour moi un beau sac c’est avant tout une belle matière, une belle exécution et une espèce d’adéquation entre la matière utilisée et la forme qu’on lui a donnée. On peut avoir de très belles matières mais si elles sont cachées sous une multitude de détails ou des boucles métal partout ou des ornementations qui viennent masquer la nature d’un cuir, je trouve ça dommage.

Il t’est arrivé de tomber sur de jolies choses en prêt à porter ? Quel regard portes-tu  sur ce qui se fait en maroquinerie de nos jours ?

J’ai l’impression, de par les gens qui viennent me voir pour faire des prototypes, qu’il y a beaucoup de marques nouvelles qui se lancent. Il y a beaucoup de gens qui croient pouvoir faire de l’argent rapidement car le secteur de la maroquinerie se porte bien… je crois aussi qu’il y en a vraiment beaucoup qui se cassent la figure. Ce que je vois en général c’est plutôt pas mal au niveau design mais les matières ne suivent pas. Quand la matière et le design sont réunis là ça devient très intéressant mais j’ai l’impression qu’il s’agit d’un pourcentage infime…

Et reste la fabrication…

Exact ! (rires) le plus souvent c’est délocalisé à l’étranger même si on a quelques relocalisations en Europe si ce n’est en France. Là en tout cas j’aurais du mal à trouver une marque qui m’emballe et chez qui j’aurai envie d’aller acheter quelque chose. Bon c’est vrai que depuis que je suis passé du côté de l’artisanat, j’irais plutôt favoriser un collègue: au niveau des matières ce sont eux qui proposent les plus belles choses. J’ai entendu des gens me dire qu’ils avaient acheté de belles pièces chez Le Tanneur mais j’ai été sidérée de voir les dégradations du cuir… j’ai moi-même quelques produits qui étaient plutôt pas mal mais ils ne vieillissent pas bien du tout.

Tu ne travailles pas en série mais tu fabriques tout de même quelques pièces pour Isaac Reina…

Un des axes de mon activité de sur mesure est de réaliser les prototypes que me confient certains designers et couturiers. En ce qui concerne Isaac Reina, je récupère un dessin de sa part qui est plus ou moins abouti et il s’agit de réaliser une pièce qui sera la plus fidèle possible au dessin et à l’esprit que je dois percevoir. C’est assez passionnant car je dois me mettre entre parenthèses. C’est la technique qui va permettre de s’exprimer et la matière, que l’on me confie également. En utilisant les propriétés du cuir qui a été choisi, il va falloir  s’approcher au plus de l’esprit du dessin.

Ça doit être néanmoins un bon moyen de garder un oeil sur ce qui se fait, ces designers et ces marques- là donnant souvent le ton en matière de tendances…

Oui tout à fait, je suis un peu obligée d’être à la mode avec ce travail- là (rires) même si en l’occurrence je ne sais pas si on peut caractériser Isaac Reina comme étant «à la mode». Je crois que c’est un designer assez exceptionnel et je trouve que ses pièces sont justement dans un esprit plutôt intemporel. On est assez en phase sur cette conception du sac qui fait la part belle à la matière, tous ses sacs sont toujours intégralement en cuir à l’intérieur comme à l’extérieur, il y a très peu d’ornementation qui viendrait brouiller la lecture de la matière, toujours dans une ligne très pure, très sobre. Je crois que ce sont des pièces dont on s’ennuie peu, on est content de les avoir au fil des ans.


Le maroquinier est aussi expert en géométrie.

 

Du fait de ton activité, as tu la sensation d’avoir un rapport au temps différent de celui de tes contemporains ?

Complètement, le rapport est totalement transformé. C’est d’ailleurs en partie pour ça que j’ai choisi l’artisanat. Dans mon précédent métier, j’ai eu l’impression que le temps ne m’appartenait plus, je travaillais toute la journée sur des choses virtuelles: des études, des dossiers devant un ordinateur et je ne voyais pas le temps passer. L’artisanat c’était pour moi le seul moyen de revenir à un temps concret, palpable et long en faisant des pièces qui prennent du temps à réaliser. Je me place un peu hors du circuit économique classique et si j’étais provocatrice je dirais que je ne suis pas rentable, je n’ai aucune logique économique dont je peux me prévaloir dans mon activité: le sur mesure c’est un peu le comble puisque je mets du temps à mettre au point un modèle et tout ce travail je ne vais l’utiliser qu’une seule fois. Dans une entreprise qui développe de la maroquinerie on ne développe qu’une fois: ça prend des mois en termes de conception mais ensuite le modèle est dupliqué par milliers. Il y a des designers, des prototypistes, des metteurs au point, des allers retours… tout doit aller très vite.

Donc oui, je rêvais de me retrouver dans un atelier, tranquille, à fabriquer un bel objet. J’avais l’impression que je pouvais échapper aux contraintes de rentabilité, de compétition, de concurrence… ce qui est finalement faux car si je ne me dépêchais pas un peu pour faire mes pièces ce serait catastrophique, au début je travaillais tellement lentement que ça n’était même pas viable (rires). La réalité c’est que je suis à mon compte et que je m’organise comme je le souhaite mais je prends du temps à faire des pièces uniques qui sont censées durer. Donc à tous les niveaux je me suis remise à un autre temps…duquel le rythme n’est pas absent !

Et ton rapport à la consommation ? est- ce que ta reconversion a changé des choses quant à ton regard sur notre manière de consommer ?

Oui il a pas mal évolué car même si je n’ai jamais été accro au shopping j’ai toujours eu l’habitude de m’acheter ce qui me plaisait sans me poser de question. Ça a complètement basculé car je suis passé par une période de formation à temps plein que j’ai financée moi- même et pendant laquelle je n’avais aucun pouvoir d’achat. C’est assez intéressant parce que cela m’a complètement sevrée, on se rend rapidement compte que tout ce dont on peut avoir envie ne nous est pas vraiment utile, c’est très compulsif. Je me suis aperçue que je n’étais absolument pas malheureuse sans ces petites choses et qu’il y a une sorte de léger écœurement à acheter pour jeter. Ceci amène à réfléchir sur la manière dont ces choses ont été faites, dans quelles conditions et à penser que l’obsolescence programmée des objets nous inscrit dans un cycle de consommation compulsive sans fin. Quand on pense à tout ça je crois qu’on a rapidement envie que cela change, on commence à percevoir le pouvoir que l’on a en tant qu’acheteur et qu’avec un peu de budget on peut commencer à s’adresser à d’autre types de fabricants.


Hé oui, certaines pièces sont faites à l’aide d’une machine à coudre.

 

Tes clients sont ils donc parfois des consommateurs classiques ? pour quelqu’un qui n’a pas pour habitude de faire appel à des artisans c’est assez curieux d’imaginer que quelqu’un qui a besoin d’un sac n’aille pas dans une boutique de prêt à porter. Du coup j’imagine qu’il y a un profil assez précis pour faire la démarche de venir te voir.

Quand ils passent dans le sur mesure, mes clients savent ce qu’ils recherchent ou alors n’ont pas trouvé mais savent ce qu’il n’y a pas ailleurs. Ils savent que ça va prendre plus de temps que dans le circuit de consommation classique et ils savent aussi que ça va demander un budget plus important. Ils évaluent donc combien de fois ils auraient été amenés à acheter l’objet en distribution classique et en général ils se rendent compte qu’ils préfèrent avoir une belle pièce qui va durer très longtemps. On quitte donc complètement le temps rapide ; ils ont pensé à l’objet en amont, du coup l’achat n’est plus du tout compulsif, il est réfléchi, c’est un objet qu’ils devront attendre: on est complètement sorti du cycle de la mode ou de l’achat instantané. On se place dans un temps qui n’est pas celui du shopping du samedi. Au début je pensais que c’était lié à l’âge mais j’ai eu la surprise d’avoir de très jeunes clients qui avaient cette réflexion- là. Je dirais qu’il y a une petite variante homme/ femme, dans la mesure où pour ce qui est des accessoires de maroquinerie la femme a un choix énorme dans les boutiques de prêt à porter et donc va pouvoir acheter plus souvent des choses moins chères. L’homme est beaucoup moins gâté et donc il va avoir beaucoup plus recours aux vêtements, costumes et chaussures sur mesure, l’accessoire de maroquinerie est donc inscrit dans ce processus. Il va pouvoir y dépenser plus d’argent sachant que cela va durer des années.

Tu travailles en France, quel est ton regard sur la fabrication française aujourd’hui ? j’ai l’impression que l’on peut faire des tas de choses en France mais les médias sont assez peu de mon avis en général, du coup, qu’est ce que tu en penses ?

Il y a un savoir- faire exceptionnel qui est encore présent et que l’on nous envie: quand des chinois, parce que les médias parlent beaucoup de la Chine, veulent faire de la maroquinerie haut de gamme, ils viennent la faire ici. Pour vivre de cette activité en France c’est vraiment périlleux parce que les charges et les frais sont difficiles à concilier avec un train de vie confortable. Après, je crois que c’est aussi les français qui sont le moins enthousiastes à propos de leurs savoir- faire ; on ne retrouve pas ça dans les yeux d’un étranger qui viendrait visiter mes ateliers par exemple… peut- être que les français ne visitent pas assez les ateliers (rires).

Oui je crois que c’est assez vrai, les américains n’ont pas ce travers- là. Par exemple depuis 2 ans et jusqu’à il y a quelques mois, on avait vraiment sur internet des vidéos d’artisans américains ou italiens au travail un peu partout tous les jours. Il fallait qu’un produit soit fait à la main par une personne âgée du Massachusetts pour qu’il soit cool. Et ces vidéos d’adressaient a un public de bloggeurs assez jeune et très au fait de la tendance Est ce que tu as senti ce regain d’intérêt pour l’artisanat de la part d’un public qui n’était pas client de belle façon auparavant ?

Les marques ont assez rapidement trouvé le filon intéressant et se sont retrouvées à faire des lignes «héritage» qui surfent sur cette tendance du fait main et de l’authentique sans l’être pour autant évidement. Lassées par cette course à l’authentique des marques comme Kenzo essaient de vendre du «Cool, Chic et Fun», et la machine à attiser l’envie et à faire du prêt à jeter est repartie. Malgré tout, comme le «manger bio», j’ai la sensation que pour une partie de la population des amateurs de belles choses, ce phénomène a dépassé la simple tendance et exacerbé durablement quelques sensibilités: tu sens que le vent est en train de tourner ou qu’une partie de la population est moins sensible aux charmes de la société de consommation et prête à se tourner vers des corps de métiers comme le tiens pour répondre à ses besoins ?

Je dirais que les gens qui viennent me voir sont de toute façon enthousiastes parce qu’ils n’ont pas trouvé grand monde qui faisait ce que je fais ! J’ai donc des retours très positifs. Mais en France l’enthousiasme s’arrête au moment où il faut sortir le portefeuille (rires).

Tu as beaucoup de clients étrangers ?

Je cumule le double handicap d’être jeune dans mon métier (ça ne fait pas longtemps que j’existe) et en plus je ne communique pas, donc il faut être très fort pour me trouver (rires). J’ai néanmoins un client en Corée, une marque qui vend mes sacs à Shanghai et à Pékin mais je ne suis pas encore sur les cinq continents.

Dans son dernier roman, La carte et le Territoire, notre cher Michel Houellebecq dépeint une France du futur complètement désindustrialisée, devenue une espèce de parc d’attraction charmant et pittoresque où les touristes aiment passer du bon temps, voir les petites mains travailler et repartir avec des beaux objets faits à la main. L’artisanat est du coup redevenue très important pour l’économie. J’avoue être assez séduit par l’idée, j’imagine que ça t’irait aussi ?

Ça me semble un futur tout à fait plausible: en Grèce où la monnaie ne vaut plus rien, tout un système de troc s’est mis en place et donc les gens se sont remis à faire des choses eux- mêmes. On en revient toujours à ceux qui font vraiment des choses, on est à la source quand on fabrique et en cas de fin du monde on est très bien placé (rires).

Retrouvez Célia via son site internet, http://sac-sur-mesure.com/