Diastème


Un paquet Diastème ! Notez le papier de soie impeccable.

 

Le foulard pour homme, ça reste assez compliqué avant de se lancer. Le truc conserve ce côté un peu épineux pour n’importe qui ne s’intéressant pas de près aux concours de style quotidien organisé par les internets via The Sartorialist, Neo Retro Streetstyle (le nouveau né), Mister Mort et consort. Même par une journée un peu froide, il faut déjà toucher sa bille pour pouvoir se permettre d’arborer une étole à motif sans avoir l’air d’être déguisé.

Une fois le pas franchi, les rires des amis affrontés, l’appréhension dépassée, on se rend compte qu’il est finalement assez facile de se balader avec un fourreau noué autour du cou. Il passe même parfaitement pour l’alternative bienvenue à la cravate qui serre un peu trop le gosier par les beaux temps qui courent (avec le retour du soleil quoi), en ayant l’avantage d’être l’opportunité de saupoudrer une pointe de fun sur sa garde robe.

À l’origine de Diastème, Thomas Germond voyait déjà ça d’un oeil différent. Pendant les quelques années qu’il a passé à imaginer son projet autour du foulard, la pièce n’était plus seulement pour lui qu’un accessoire textile par excellence mais devenu un élément complexe auquel on pouvait donner ses lettres de noblesses avec un peu de travail, qui pouvait également devenir un moyen d’expression à part entière. Bref, une pièce mêlant exigences qualitatives et esthétiques tout en donnant une liberté créative assez large. Le côté qualitatif de l’étoffe lui a donc beaucoup tenu à coeur le long de son processus : il fallait réussir à proposer un produit de luxe, agréable au toucher comme au porté, qui ne deviennent pas une écharpe trop épaisse et sur lequel le motif passerait bien l’épreuve fatidique de l’impression.

Thomas, au travail.

Une DA exigeante par Laurent Laporte devait terminer de parfaire les produits développés par Thomas : imprimés de cartes de constellations, planches botaniques, tableau de noeuds marins ou interpretation du fameux bandana « Paisley » que l’on retrouve dans la poche des élégants depuis peu et au cou des motards depuis toujours. S’ils ont pensé à tout le monde (hé oui mesdames, vous y avez droit), ils ont également voulu vous imaginer dans toutes les situations : vous trouverez dans la collection Diastème un élégant fourreau en soie, recouvert d’un incroyable imprimé « Pin-up » qui sera parfait pour agrémenter votre tenue lors d’une garden party chic et guindée cet été. Vos convives et autres invités attentifs s’amuseront forcément du détail donné par cet accessoire astucieusement décalé.

Le fameux motif Paisley, ici en « boule de feu »

 

Pour achever de vous (nous) plaire totalement, la réalisation est belle et impeccable : tissés et fabriqués en France par quelques un des meilleurs spécialistes de la soie, la qualité d’impression est irréprochable. Par souci de cohérence, le modèle Hawaï fera exception: réalisé en rayonne, comme les chemises hawaïennes (DA oblige), le tissage aura surement été effectué dans un pays du tiers monde, par des enfants aveugles : je passe donc les détails de l’impression qui pourraient heurter la sensibilité de nos lecteurs les moins aguéris au lourd bilan de l’industrie textile. Cerise sur le gâteau, le packaging est lui aussi très efficace : papier de soie de haute qualité (là aussi réalisé par un géant en la matière), papier kraft pour protéger, coup de tampon pour sigler, et hop, on vend du très haut de gamme. L’ensemble de la collection Diastème est disponible sur le site de la marque et une jolie sélection a également sa place sur La Belle Échoppe.

Et paf, qualité d’impression incroyable. Chapeau les mecs !

Une étiquette aussi joliment brodée, on était obligé.

La Belle Échoppe – Voilà les soldes !



Les soldes, qui durent depuis plusieurs semaines sur quelques morceaux de l’internet mondial, ont commencé dès ce mercredi 27 juin dans notre hexagone national. Comme tout bon commerçant nous nous plions donc à la coutume sur La Belle Échoppe et proposons une sélection d’articles incroyables à -30% ou -40% depuis mercredi. Vous pourrez donc retrouver le reste de notre sélection Trémoulière, Arpenteur, le Lab ou encore nos jolies Sandales d’Hélène ainsi que quelques pièces FrenchTrotters bénéficiant de cette remise sur notre fameuse petite boutique dédiée au made in France. Tentez votre chance et vous pourrez peut être réussir à trouver votre taille si le hasard vous sourit.


Tout Arpenteur est à -30% !

Ride Béret Baguette 2012

 

L’an dernier j’avais eu la chance d’assister au Tweed Run à Londres, mais j’ai depuis traversé la Manche et cette année c’est au Ride Béret Baguette – sorte de réponse française à l’événement britannique – que je me suis rendu. Non seulement en tant que participant mais aussi en tant que sponsor : en effet l’occasion était trop belle, et donc notre boutique en ligne La Belle Échoppe fut cette année parmi les sponsors de l’événement. Le Ride Béret Baguette, à l’instar du Tweed Run, fut lancé par un forum de passionnés de pignon fixe (PignonFixe.com), qui organisèrent il y a quelques années la première ballade cycliste anachronique à Paris. L’occasion pour eux de s’amuser, de pique-niquer tous ensemble et surtout de sortir leurs vélos vintage incroyables.

Je sais d’expérience que les Anglais vont toujours plus loin lorsqu’il s’agit de vintage ou de se déguiser. Je craignais donc de me retrouver entouré de gens à moitié impliqués, un peu comme ces soirées parisiennes ou au final personne ne vient déguisé et où vous vous retrouver tout seul à devoir assumer votre T-shirt Desigual ironique. Au final ce fut une surprise vraiment positive : les participants ont joué le jeu et la bonne ambiance et le soleil étaient là. L’occasion donc de prendre quelques photos inspirantes, que je vous laisse découvrir.


Un Bergam, ancien sac de l’armée française qui fut à l’époque fabriqué par Lafuma.

 

Ce bon vieux cartable d’écolier !


Un sac de travail français assez typique : bords francs, grosses boucles, pas très fin mais une solidité exemplaire.

 

Un sac Bleu de Chauffe : la jeune marque propose des sacs made in France inspirés des anciens sacs de travail français.

 

Les fameuses Michael de Paraboot, increvables et toujours fabriquées en France.


 

Le canotier : reviendra, reviendra pas ?

 

Notre ami Foucauld, de La Conjuration et Passion, avec sa fameuse casquette Lock&Co. Tweed fantastique et finitions impressionnantes, notamment le raccord des motifs du tweed.


L’intérieur aussi est soigné : c’est ce que j’appelle une belle étiquette.

 

Le Coq Sportif – qui vient d’obtenir les droits d’équiper les maillots distinctifs du prochain tour de France – est aussi sponsor de la course italienne nostalgique l’Eroica. La marque édite chaque année pour l’occasion une petite série de tricots de course vintages (en laine).


Mais rien ne vaut un véritable maillot d’époque, aux broderies impressionnantes.

M&S – British Quality Goods

Michael Marks et Thomas Spencer, les fondateurs de Marks & Spencer

Marks & Spencer, pour beaucoup de français de notre génération, c’est ce magasin de sandwichs clubs, de plats préparés et de friandises qu’on a rencontré lors d’une visite à Londres. Du coup on peut être assez surpris lorsque ce dernier revient en France avec une boutique de vêtement. Les plus anciens, eux, se souviendront de l’époque où notre pays possédait de nombreuses boutiques Marks & Spencer. Celles-ci furent toutes fermées (peu après que Burger King ait fait de même, triste époque). Le coeur de métier de Marks & Spencer est bien le vêtement, d’ailleurs c’est le premier distributeur de vêtement au Royaume-Uni : il y détient à peu près 11% du marché. Pour information, en France – le pays de la mode – c’est Decathlon qui occupe cette place, avec plus de 3% de parts de marché.

Le magasin de Southampton au début du XXème siècle

L’histoire de Marks & Spencer remonte à 1884 où l’entreprise écumait les marchés du nord-est de l’Angletterre. Rapidement elle se spécialisa sur un concept à l’époque novateur : le magasin à prix unique. Marks & Spencer est donc un peu comme le grand cousin briton des distributeurs français Monoprix, Prisunic ou Uniprix. Tous les produits qui y étaient vendus étaient à 1 penny. Le succès et le développement furent tels que le réseau du distributeur comptait déjà 145 magasins en 1915. L’entreprise se diversifia petit à petit dans le vêtement, les produits de la maison, la nourriture, les cafés … Et devint enfin le Marks & Spencer d’aujourd’hui. La marque de vêtement vendue chez Marks & Spencer fut longtemps nommé St Michael, du nom du fondateur, il n’est donc pas rare de tomber sur des vêtements de cette marque dans les friperies anglaises ou françaises. Petite anecdote historico-financière : Marks & Spencer racheta Brooks Brothers en 88, avant de  revendre la marque américaine au fils du patron de Luxotica en 2001.

Un de leurs deux magasins de Oxford Street, à Londres en 1932

Un peu comme notre boutique La Belle Échoppe, Marks & Spencer avait une politique forte en terme de sourcing et proposait presque exclusivement des produits fabriqués au Royaume-Uni. Ils durent changer ceci au début des années 2000 car la concurrence gagnait des parts de marché en important des produits pour les proposer à plus bas prix. Depuis ses débuts, Marks & Spencer tente d’offrir à ses clients de la qualité à moindre coût, et la marque a longtemps été une icone des « British Quality Goods ». La marque a aussi collaboré à plusieurs reprises avec de grands noms de Savile Row pour sa gamme de formal wear. Elle a plus précisément travaillé avec des tailleurs de la nouvelle génération des années 90, que certains surnommèrent le New Bespoke Movement car ils brouillaient les pistes entre designer et tailleurs : Timothy Everest et maintenant Richard James.

La visite d’un magasin du distributeur peut être une expérience troublante car la segmentation des sous-marques et des produits est un peu confuse. D’autant plus que l’offre du distributeur est très large, il y en a en effet pour tous les goûts. L’expérience est cohérente sur internet, où les brushings des mannequins et les traductions un peu hasardeuses peuvent effrayer. Malgré ces lacunes, pour moi Marks & Spencer est un peu l’Uniqlo anglais, sans l’excellence marketing du japonais. Si on cherche bien, on y trouve de nombreux basiques de bonne facture, et aussi des classiques très anglais : des pantalons en velours côtelé ou en moleskine de multiples couleurs, des vestes de chasse type barbour, des vestes en Harris Tweed … Donc si vous arrivez à vous frayer un chemin à travers leurs 20 modèles de chinos différents (!), et que vous n’avez pas peur de tomber face à des choses étranges, vous pourrez très certainement dégoter une belle pièce, durable et accessible. L’enseigne va bientôt ouvrir de nombreux points de vente en France, l’occasion pour les curieux d’aller voir ça de plus près.

En cherchant un peu, on tombe rapidement sur des modèles basiques d’un excellent rapport qualité prix

La Belle Échoppe – Frais de port offerts pour Noël !

Le béret basque Blancq-Olibet, mis en scène par Laurent Laporte pour Les Inrocks

Si vous n’étiez pas encore au courant, Redingote a vu naître en juin dernier sa petite soeur numérique : une boutique en ligne répondant au nom de La Belle Échoppe. Opérée par la même équipe que redingote, en association avec le multimarque parisien FrenchTrotters, cette boutique est un peu l’aboutissement des valeurs de Redingote : nous y proposons des produits de qualité, soigneusement sélectionnés pour leur histoire et pour la démarche de leurs fabricants. Tous ces produits ont la particularité d’être fabriqués en France, ce qui donne un résultat plutôt unique !

La Belle Échoppe est volontairement restée discrète parmi la ligne éditoriale de Redingote. Ceci dit, il nous a été très difficile de ne pas en traiter ici car nous y proposons une sélection d’objets que nous avons choisis et qui nous tiennent donc particulièrement à coeur. C’est Noël et je me permets donc une petite exception car nous proposons jusqu’au 25 décembre d’offrir les frais de port vers la France métropolitaine pour une commande supérieure à 100 euros et vers le reste du monde pour une commande supérieure à 300 euros. L’occasion de faire des cadeaux originaux de dernière minute : sauf problème de la poste, il vous reste au moins jusqu’à mercredi pour faire des achats en toute sécurité.

Voici donc une petite sélection de quelques produits qui viennent de faire leur apparition sur le site :


Sac Bleu de Chauffe Postier Éclair

Bleu de Chauffe propose des produits réinterpretant les sacs de travail francais. Celui-ci s’inspire d’un sac de postier et est completement adapté à la vie moderne : sa pochette intégrée en feutre est juste de la bonne taille pour recevoir un macbook de 13″, ce qui permet de porter son ordinateur et le reste de ses affaires sans avoir forcément un sac énorme, le tout dans un cuir qui se patinera délicieusement avec le temps.